Commentaire

Le sens des responsabilités, une réalité vivante

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Le thème de la durabilité occupe toujours plus de place dans la vie des entreprises, entreprises que l’Agenda 2030 de l’ONU, d’ailleurs, charge également de cette responsabilité. D’une part, le développement économique est le meilleur moyen de lutter contre la pauvreté, comme cela s’est confirmé de manière spectaculaire ces dernières décennies, avec une population toujours plus nombreuse rejoignant les classes moyennes et une baisse de la proportion des plus pauvres, ceux qui doivent vivre avec moins de deux dollars par jour. D’autre part, ce développement a aussi besoin de repères éthiques et écologiques. L’activité entrepreneuriale doit respecter les droits de l’homme, tout comme, dans le monde entier, l’activité économique doit tendre à une plus grande durabilité. En effet, la protection du climat et la conservation de la biodiversité sont des défis planétaires majeurs.

Les entreprises d’aujourd’hui doivent trouver un équilibre entre les grands avantages de l’activité économique et ses possibles effets négatifs. Cela se vérifie pour les grandes sociétés aussi bien que pour les PME. À cet égard, la globalisation des affaires pose souvent des problèmes épineux. Une entreprise qui opère en même temps en Suisse et dans des pays en voie de développement fait face à des conditions-cadre officielles inégales.

Aujourd’hui, ce sont plus particulièrement les grandes entreprises qui, dans des rapports de durabilité, montrent comment elles relèvent ces défis et signalent à leurs différents partenaires qu’elles assument leurs responsabilités en adoptant un comportent éthique et écologique. Ces partenaires peuvent être des clients, des employés, des investisseurs, des autorités, des fournisseurs ou encore le grand public. Il est clair que concrétiser ce sens des responsabilités dans un environnement mondial est une lutte de tous les instants. Il n’y a pas de réponses simples, mais sans cesse de nouveaux défis, ainsi que des revers. Et c’est précisément lorsqu’il n’existe pas de solutions simples que le rattachement à des valeurs claires revêt une importance primordiale pour les entreprises.

En tant que tel, le terme de «responsabilité sociétale des entreprises» (RSE), souvent exprimé par le sigle anglais CSR, ne rend pas la question beaucoup plus claire pour le public. Le présent site internet illustre par des exemples concrets la manière dont les entreprises suisses assument leurs responsabilités. Une collection toujours plus grande de témoignages montrant que le sens des responsabilités est une réalité bien vivante dans notre pays.

Monika Rühl, directrice economiesuisse

Autres commentaires

Barbara A. Heller, associée gérante et présidente du conseil d’administration de SWIPRA Services SA
Philipp Aerni, directeur du Centre pour la responsabilité des entreprises et la durabilité (CCRS) de l’Université de Zurich
Monika Rühl, directrice economiesuisse