Credit Suisse

Sécurité durable

Les transports publics constituent un moteur majeur du développement socio-économique. Credit Suisse a cofinancé au cours des dernières années une ligne ferroviaire qui ouvre de nouvelles perspectives pour la population et l’économie éthiopiennes. Ce faisant, la banque ne s’est pas préoccupée uniquement de la sécurité financière. L’accord implique pour les emprunteurs des engagements très explicites en matière de durabilité. Autrement dit, le projet doit satisfaire à des exigences sociales et écologiques. Ces obligations font l’objet de contrôles par des experts indépendants. L’ouverture de cette ligne est prévue pour 2019.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

De mauvaises routes affectent tant la circulation des gens que le transport des biens. Le développement en souffre, comme ce fut le cas en Suisse au cours du XIXe siècle. L’économie ne s’est déployée qu’avec l’aménagement d’un réseau ferroviaire. Et le financement des chemins de fer helvétiques est étroitement lié à l’histoire de Credit Suisse. Aussi la coordination du financement de cette ligne ferroviaire en Éthiopie est-elle conforme à l’ADN de la banque.

La ligne entre Awash et Weldia/Hara Gebeya est un élément central du réseau ferroviaire éthiopien en cours de développement. Elle reliera le sud au nord du pays. Elle assurera le transport de voyageurs et de marchandises dans des convois électrifiés respectueux du climat. La planification et la réalisation du projet ont été confiées à l’entreprise générale turque Yapi Merkezi, dont le siège est à Istanbul. Les équipements techniques de la ligne sont produits et livrés par des entreprises de Suisse et d’autres pays européens.

Credit Suisse a cofinancé une ligne ferroviaire en Éthiopie. La décision a été prise sur la base de critères non seulement financiers mais aussi écologiques et sociaux.

Le financement fructueux renforce les perspectives de développement 

Les banques jouent un rôle majeur dans la réalisation de tels projets. Elles mobilisent les ressources nécessaires et assurent les flux financiers entre emprunteurs et créanciers. Cette mission centrale est assumée par Credit Suisse pour le financement de la ligne éthiopienne de près de 400 kilomètres. Ce fut un défi imposant, compte tenu d’un crédit global de 865 millions de dollars. Ce montant dépasse les crédits précédents octroyés à l’Éthiopie par des bailleurs de fonds non étatiques. Le contrat a été signé en 2014. Une tranche supplémentaire de 460 millions de dollars a été convenue en 2016. L’emprunteur est la société ferroviaire nationale «Ethiopian Railways Cooperation» (ERC). Outre les garanties du ministère éthiopien des Finances, plusieurs pays européens, dont la Suisse, ont fourni des garanties supplémentaires contre les risques à l’exportation. Le financement fructueux par Credit Suisse et les autres banques participantes renforce les perspectives de développement de l’Éthiopie et accroît l’attrait du pays pour des investissements d’autres créanciers internationaux.

Critères de durabilité: leur respect est exigé et surveillé

Credit Suisse s’est engagée en faveur de la durabilité. Cet engagement figure notamment dans le code de conduite de la banque et dans sa déclaration sur la durabilité. Autrement dit, un tel projet ne repose pas uniquement sur des critères financiers. La décision de financement inclut des facteurs écologiques et sociaux. À cet effet, on a préalablement évalué les risques sociaux et écologiques de la construction et défini leur gestion.

La consultation des groupes de population concernés par le tracé de la ligne en fut un aspect majeur, ainsi que la protection du Parc national Awash, l’accès aux ressources en eau, les conditions de travail des ouvriers et la protection des biens culturels. Les personnes contraintes de quitter leurs demeures ou d’éloigner leurs troupeaux de manière temporaire ou durable ont dû être déplacées et soutenues dans le rétablissement de leurs sources de revenus.

L’objectif était de limiter les risques pour l’environnement et la société, conformément aux normes internationales sur la durabilité, tel les «Equator Principles», une norme sectorielle facultative à laquelle Credit Suisse a adhéré, et aux normes environnementales et sociales de la Banque mondiale édictées pour de tels projets. Les exigences concrètes ont été insérées dans la convention de crédit et font l’objet d’une surveillance avec des contrôles périodiques sur place par des représentants des banques et des assurances de risques à l’exportation. Des spécialistes ont été mandatés pour vérifier l’application des exigences et assurer une assistance technique aux emprunteurs.

Le dispositif visant à minimiser les risques inclut des garanties en matière de durabilité

Dans des projets d’une telle importance, des conflits d’objectifs sont toujours possibles. Et tous les risques ne peuvent être écartés. En tant qu’institut financier, Credit Suisse s’est néanmoins efforcé de minimiser ces risques. La banque ne s’est pas contentée de maîtriser les risques financiers, elle a également inclus des garanties en matière de durabilité dans les accords avec les emprunteurs. Mais si, en dépit de toutes les précautions, il subsiste des risques, il ne faut pas perdre de vue la valeur intrinsèque de ce projet infrastructurel pour la société et l’économie éthiopiennes. Credit Suisse, les autres banques impliquées et les assureurs contre les risques à l’exportation collaborent pendant toute la durée de vie du prêt avec les emprunteurs, les autorités gouvernementales et les experts indépendants, afin de se conformer aux normes sociales et environnementales contractuelles.

Plus d'articles

Agenda 2030
Pour le développement durable, le changement climatique est un défi majeur, un pro-blème qui exige des solutions à l’échelle du globe. L’ONU appelle ses États membres à prendre des mesures immédiates pour protéger le climat.
Agenda 2030
Des progrès considérables ont été réalisés à l’échelle mondiale dans la lutte contre le travail des enfants. Ces 20 dernières années, celui-ci a diminué de moitié à travers le monde. L’ONU se propose, d’ici à 2025, de mettre un terme à toute forme de travail des enfants.
Logo-Schweizerkreuz

Le développement économique est le meilleur moyen de réduire la pauvreté.

Newsletter